Menu de navigation

Avantages et ravages de l’âge d’internet : conférence de Sylvie Debras

Vendredi 15 avril 2016, au cours de l’après-midi, les élèves de la classe 403 et de la classe 306-307 option espagnol accompagnés respectivement par leurs professeurs de français Catherine Le Borgne et d’espagnol Sandrine Bandama avaient rendez-vous à la cité des métiers à Saint Pierre pour une conférence sur les « avantages et les ravages de l’âge d’internet » donnée par Sylvie Debras, journaliste et docteure en sciences de l’information.

Les élèves étaient invités par l’association Chancégal (agence pour l’intégration de l’égalité des chances entre les hommes et les femmes que nous connaissons au collège par le biais de l’action « cinétoil’égalité ») dans le cadre d’une journée de formation donnée à des volontaires engagés dans un réseau d’hommes et de femmes chargés de participer à une action de prévention des violences faites aux femmes par la lutte contre les stéréotypes sexistes,

L’intervention visait à amener les jeunes (et les adultes) à se poser des questions, en leur apportant quelques éléments de connaissance : chiffres, captures d’écrans, courts extraits de films de façon à engager une réflexion collective pour sensibiliser les adolescents à une liste de bonnes pratiques à tenter de suivre individuellement. Voir document ci-joint : proposition conférence Sylvie Debras

Le constat de départ :

L’outil internet présente quelques avantages : Dès l’âge de 12 ans, il permet de développer la curiosité ainsi que l’aptitude à travailler en équipe. Les performances sont renforcées dans les tâches d’attention nécessitant une perception rapide. Encore faut-il que nous, adultes, soyons capables de donner aux jeunes suffisamment de recul pour un usage correct des écrans car seules les pratiques excessives sont néfastes et peuvent mener à une cyberdépendance.

D’après une étude publiée par IPSOS en 2014, les 13-19 ans passent en moyenne, par semaine, environ 11h45 devant internet, 10h25 devant la TV et 7h15 devant les jeux vidéo soit entre 4 et 6 heures devant un écran par jour. La question que chacun doit se poser est : combien de temps par jour pour moi ? Pour quoi faire ?

50 % des jeunes surfent le soir dans leur lit pour regarder en ligne soit des vidéos d’informations, de propagande (info ou intox ?), des bêtisiers, des vidéos trash qui véhiculent des images violentes, pornographiques, soit des clips musicaux, des séries, des publicités, soit pour communiquer sur les réseaux sociaux ou encore jouer aux jeux vidéo.

Quelques exemples concrets :

Sylvie Debras nous a donné de nombreux exemples au cours de cette conférence pour faire un peu le point sur ce que les jeunes regardent sur internet et pour aborder le thème des stéréotypes sexistes, en particulier, que ces médias véhiculent.

Nous avons ainsi échangé en évoquant le blog pro ana qui fait l’apologie de l’anorexie, puis les vidéos des youtubers : EnjoyPhoenix, Squeezie, Cyprien ou Norman qui font du placement de produit autrement dit de la publicité détournée.

Nous avons échangé librement au sujet des sites pornographiques, accessibles par tous facilement et qui finissent par faire croire aux jeunes que ce sont des leçons de sexualité. Nous nous sommes arrêtés sur quelques images extraites du clip de la chanson « Blurred Lines » de Robin Thicke qui fait l’apologie du viol.

Elle a évoqué le test d’Alison Bechdel que l’on peut faire en regardant les séries et qui consiste à identifier au moins deux femmes par leur nom et leur prénom en entier, à s’interroger sur qui parle d’elles et de quoi parlent-elles ?

Sylvie Debras nous a montré également quelques publicités qui utilisent le corps des femmes pour vendre des produits divers et variés : pain ou viande, services de dépannage à domicile, électroménager…

Elle a également abordé le thème des rumeurs et des fausses informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux suite aux attentats de Paris le 13 novembre 2015 en particulier, des théories du complot et du fait qu’internet soit le mode d’endoctrinement repéré pour 91% des cas de jeunes qui se radicalisent et souhaitent partir faire le jihad. Nous avons échangé sur le nombre d’amis ou de contacts que l’on peut avoir sur les réseaux sociaux, du droit à l’image et à l’intimité, du cyber harcèlement, du suicide, en particulier de celui d’Amanda Todd qui avait raconté son histoire sur sa page Facebook mais qui n’avait trouvé personne à qui parler vraiment.

Nous avons aussi évoqué les jeux vidéo tels que des jeux de GTA ou Call of Duty. Nous nous sommes demandé pourquoi tant de joueurs amateurs de jeux de guerre préfèrent ceux qui ne laissent aucune place à l’entraide ou la solidarité. Les chercheurs disent que l’on peut définir trois types d’influence de ces images sur nos comportements : soit l’on se sent légitime pour user de la violence, soit l’on devient plus craintif soit l’on s’engage pour réparer et réduire cette violence. Quelles influences ont ces images violentes sur les individus ? Sur chacun d’entre nous ? Sur nos adolescents en particulier ?

En conclusion, nous retiendrons qu’internet est le plus grand magasin du monde et que le produit le plus vendu sur internet, en fait : c’est chacun d’entre nous. Voilà pourquoi il est important de prendre conscience de la réalité d’internet, de nous responsabiliser, de nous poser les bonnes questions sur nos usages et ceux de nos adolescents.

Quelques réactions d’élèves après la conférence :

« J’ai adoré la discussion avec l’intervenante » Laurianne.

« Elle parle de sujets sensibles mais sans dramatiser, en plaisantant. » Julien.

« On a appris des choses, comme à analyser l’image de la femme dans la publicité ». Paul.

« Suite à l’intervention, j’ai trié mes amis sur Facebook ». Louna.

Quelques sites à consulter :
Internet sans crainte, donnons aux jeunes la maîtrise de leur vie numérique :
http://www.internetsanscrainte.fr/
Hoaxbuster, pour vérifier l’info en circulation sur le web :
http://www.hoaxbuster.com/
On te manipule.fr pour s’informer sur les théories du complot :
http://www.gouvernement.fr/on-te-manipule
Stop Jihadisme.gouv.fr : agir contre le jihadisme :
http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/
Net écoute : un problème sur le net ? Un conseiller vous répond :
http://www.netecoute.fr/
Non au harcèlement.gouv.fr :
http://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/
Promeneur du net : présence éducative sur Internet :
http://promeneursdunet.fr
E-réputation : être net sur le net :
http://ereputation.paris.fr/