Menu de navigation

Visite de Grand-Anse des classes de 505 et 507

Les élèves de 505 et de 507 ont fait une sortie pour étudier la formation des paysages en SVT, et cette sortie a également servi de support pour travailler la description d'un paysage en cours de français avec Mme PAYET (505) et Melle MAYEN (507).

Production d’élèves de 507 :

Description d'un paysage

A notre arrêt nous voyons le Piton Calvaire qui surplombe les champs de belles cannes. Il est suivi du piton Mont-Vert un peu plus loin, tous deux sont semblables à des frères jumeaux. Les cannes s'éparpillent avec la verdure le long du paysage.

L'activité humaine, telle que les maisons, les poubelles et les poteaux électriques sont dispersés dans la nature. La route traverse le paysage mais la couleur verte domine. Le relief est régulier. Des cocotiers dominent le long de la route.

Au deuxième arrêt, nous observons au large le bord de mer. A gauche, nous distinguons le piton Grande-Anse tel un géant. Nous commençons à distinguer le sable de la plage.

Nous regardons au troisième arrêt un affleurement (endroit où les roches du sous-sol sont visibles à la surface). L'affleurement est composé de roches avec plusieurs couches superposées. La végétation est dominante sur ce mur gigantesque.

L'arrêt quatre concerne l'observation de « La Ravine des Français » où la végétation est toujours présente et où il y a des roches arrondies qu'on appelle des alluvions. La ravine est couverte grâce à cette végétation et il n'y a plus d'eau qui y coule.

Au cinquième et dernier arrêt nous observons déjà plus de soleil et une magnifique mer. Sur le sol nous apercevons du sable mélangé à des déchets, des végétaux, des bouts de bois, des roches etc. Nous observons des bancs rocheux composés de coraux, de roches et de sable. Ils sont collés tel du ciment et la mer les surplombe.

Nous constatons que le basalte est présent dans chaque arrêt : le volcan a coulé et a laissé ses traces.

Morinne CHANE - Guillaume GRONDIN - Océane FREMOUSSE - Maïssane MAILLOT

 

Texte d'un groupe d’élèves de 505 :

Le 23 Avril, les 507 et nous-même, la section sportive, sommes partis à Grand-Anse, pour une excursion instructive..

La sortie commence au collège. Tout le monde entre dans le bus à 8 heures 30 et nous traversons Saint-Joseph, la Croisée de Petite-Ile, pour arriver enfin à destination ; nous prenons la dernière sortie du rond point de Grand-Anse. Le bus nous dépose à une intersection puis nous traversons la route. Derrière nous se dresse l'imposant Piton Calvaire. A notre droite on aperçoit le Piton Mont Vert ainsi que des champs de cannes. Plus près de nous, longeant la route, des cocotiers et autres papayers sont alignés. En tournant le regard à gauche, côté mer, on remarque à nos pieds quelques faux poivriers qui foisonnent, envahis par des lianes de margozes. La fin du premier arrêt est marquée par les explications de la professeure.

Nous continuons notre balade jusqu'au deuxième arrêt ; le petit groupe s'arrête alors au bord de la route. De là, on peut apercevoir la mer ainsi que le Piton Grand Anse et le bassin qui n'étaient pas visibles à l'arrêt précédent. Là, la professeure nous apprend ce qu'est un affleurement : plusieurs couches de roches qui se superposent : des friables et des compactes.

Sur le côté, on balaie du regard la vue magnifique qui s'offre à nous, du Piton Grand Anse à la pointe de Grand-Bois. La compagnie avance en suivant un chemin sinueux jusqu'à la Ravine des Français ; cette dernière est parsemée d'alluvions, comme des petites perles de sucre sur un mets délicieux. Celles-ci sont arrivées là grâce à la puissance de l'eau.

Nous continuons notre balade jusqu'à la plage. Là, le bleu de la mer et le vert de la montagne contrastent joliment. On admire les nuances de bleu qui s'offrent à nous. Le sable blanc est pigmenté de noir parce que, nous a-t-on dit, le noir est de la roche réduite en sable et le blanc du corail ayant subi le même sort.

C'est par un casse-croûte que nous marquons ce dernier arrêt et la fin de notre balade. Nous marchons quelques instants jusqu'au bus qui nous ramène au collège.

 

Morel Tallia, Rivière Léo, Carpanin Noha, Corré Mélissa