valorisation du patrimoine local culinaire de la Réunion

Dans le cadre de la valorisation du patrimoine local culinaire de la Réunion, les élèves de la classe de 3ème de l’atelier HAS ont réalisé un café gourmand créole et ont ainsi confectionné :

  • des gâteaux patate
  • des gâteaux tison
  • des verrines de crème au citron
  • des meringues

Ils les ont proposés avec des fruits locaux (longanis, goyaves, mangues et pitayas) en dégustation à une quarantaine de convives.

Cette action s’inscrit dans le projet ERASMUS  qui clôture la semaine d’accueil d’enseignants et d’élèves venus du Portugal, d’Allemagne, de Finlande et d’Espagne.

Des compétences théoriques ont été mises en pratique par nos élèves de 3ème S :

  • confection de gâteaux patate, de gâteaux tison, de crème au citron, de meringue
  • nettoyage, mise en place du restaurant
  • installation des tables pour le café et le thé
  • révision des consignes pour le service

Nouvelles gagnantes du concours de nouvelles fantastiques des 4D et 4B

Une nouvelle, un récit court . J’avais promis aux gagnants du petit concours de nouvelles fantastiques que nous avions fait de les publier sur le site du collège, ce que je fais aujourd’hui, certes un peu tardivement . Si  notre webmaster le permet, je citerai donc les noms des auteurs de cette première nouvelle, » Monsieur Rodriguez » à savoir Maëlle , Jasmine , Loïs  et Chloé , ainsi que « La tasse de café » écrite par Lya, Matteo et Kanden .

 

Monsieur Rodriguez…

« – Rohh !! Mais c’est quoi ces embouteillages ?! Roulez bon sang !  » hurlais-je à travers le brouhaha des klaxons de voitures . 

Voici ma routine quotidienne, à moi, Jessy Parker, étudiante à la prestigieuse « New York University School of Medicine » de Manhattan .  Je devais faire tous les jours une heure trente de trajet en bus pour m’y rendre, car j’habitais dans un petit quartier de Brooklyn : Ocean Hill .

Je rentrais généralement chez moi vers vingt heures . Mais ce soir-là, il y eut plus d’embouteillages que d’habitude à cause d’un accident sur le Brooklyn Bridge . Quelques heures plus tard, enfin arrivée devant mon immeuble, un bâtiment plutôt miteux, digne du quartier le plus pauvre de New-York . Je m’empressai de monter les escaliers et de déverrouiller ma porte . C’est alors que j’entendis un bruit venant de l’appartement d’à côté , celui de mon voisin espagnol, monsieur Rodriguez . Oh celui-là ! tout le temps en train de faire du boucan à des heures pas possibles ! Je rentrai dans mon petit studio d’à peine vingt mètres carrés . Mon programme du soir  : me doucher, manger, réviser et dormir . Mais malheureusement c’était impossible à cause de mon fichu voisin ! Je finis par aller me coucher, mais j’eus beaucoup de mal à trouver le sommeil à cause du bruit . Le lendemain je me réveillai de mauvaise humeur : j’avais à peine réussi à fermer l’oeil de la nuit et de plus j’avais eu toutes les peines du monde à me concentrer sur mes cours . Je dévalai les escaliers, en retard une fois de plus, et courus jusqu’à mon arrêt de bus .

La journée fut particulièrement pénible . J’étais trop fatiguée pour suivre mes cours . En rentrant le soir, je m’arrêtai , face à mon immeuble, pensant que j’allais encore passer une nuit horrible . Je crus alors apercevoir mon voisin en train de me regarder fixement à sa fenêtre . Mal à l’aise, je rentrai dans le bâtiment et je tai un coup d’oeil à mon courrier . Je remarquai alors que les lettres s’entassaient dans la boîte de monsieur Rodriguez . Parmi elles, se trouvait une lettre d’expulsion qui dépassait.  » Je vais enfin être débarrassée de lui »! Pensais-je en souriant . Je rentrai chez moi et me consacrai à  ma routine du soir . Demain était une grosse journée pour moi : j’avais un gros examen qui allait être décisif pour mon orientation future, je devais vraiment bien réviser .

Alors que je commençai à travailler, j’entendis un vacarme infernal venant de chez mon voisin . Cette fois, c’était trop ! C’était la goutte d’eau qui fait déborder le vase ! Ni une, ni deux, je sortis de chez moi et martelai furieusement à la porte de monsieur Rodriguez . La porte s’ouvrit violemment et une main m’attrapa fermement le poignet . Je relevai la tête et me retrouvai face à face avec mon voisin . Il était anormalement pâle, ses yeux étaient injectés de sang et terriblement cernés . Il avait l’air d’un mort-vivant ! 

Il m’invita à entrer, ce que je fis . Je m’installai sur son canapé en frissonnant . En entrant dans son appartement, j’avais ressenti un froid glacial, mes dents s’étaient mises à claquer et j’avais même pu voir de la buée s’échapper de ma bouche .  » Monsieur Rodriguez n’a pas payé son chauffage ce mois-ci ?Mais non, suis-je bête….on est en été ! Alors d’où peut bien venir ce froid ?  » pensais-je, confuse .

Monsieur Rodriguez s’installa en face de moi, prêt à écouter ce que j’avais à lui dire . Je sentis toute ma détermination s’envoler et être remplacée par de la peur . Néanmoins je me ressaisis et parlai doucement :

« Ecoutez, monsieur Rodriguez, je suis venue vous voir à cause du bruit, et je ne….Sans même me laisser finir ma phrase, mon voisin se leva et me tira furieusement par le poignet . Il se mit alors à me crier une série de mots incompréhensibles en espagnol :

 » ! No entiendes ! ! No entiendes ! Porque no entiendes ?!  » Et il me jeta hors de son appartement .

« Bip ! Bip ! Bip !  » Je me réveillai en sursaut . J’étais chez moi, assise à mon bureau, et réalisai que je m’étais endormie sur mes cahiers .  » Alors tout cela n’était qu’un rêve ! pensai-je, soulagée . Oh ! Non, je n’ai pas révisé pour mon examen ! » Paniquée, je me dépêchai de me préparer . En ouvrant ma porte, je remarquai que j’avais une marque rouge sur le poignet .  » Etait-ce le signe que je n’avais pas rêvé » pensais-je perplexe . Je me rendis soudainement compte que j’étais encore en retard et me précipitai dans les escaliers . Je croisai alors le concierge de l’immeuble, monsieur Cooper, qui était parti rendre visite à sa famille qui vivait dans un autre état . Je le saluai en passant .

 » -Bonjour monsieur Cooper ! J’espère que votre voyage s’est bien passé  .

-Oui, très bien merci, mais vous avez l’air très fatiguée mademoiselle Parker, vous avez bien dormi ?

-A vrai dire non . Ca fait plusieurs nuits que je n’arrive pas à dormir à cause de monsieur Rodriguez . Franchement, quel voisin bruyant  ! 

-Ah bon ? Mais mademoiselle Parker, monsieur Rodriguez est parti, répondit-il, perplexe .

-Oh, alors il s’est finalement fait expulser ? Répondis-je avec un sourire

-Non, mademoiselle  Il est décédé dans un accident de voiture qui a occasionné des embouteillages dans tout Brooklyn ….Vous savez, ce fameux accident, en début de semaine ? « 

J’étais choquée…Je commençai à trembler, je ne pouvais plus parler….j’étais tétanisée….Mais alors, comment expliquer ce qui m’était arrivé les nuits précédentes ? Avais-je été victime d’une hallucination  due à la fatigue ? Mes yeux se fixèrent tout à coup sur mon poignet et une terreur insurmontable s’empara de moi en voyant la marque qui s’y trouvait .

Puis voici la nouvelle gagnante écrite par le groupe d’élèves suivant : Lya ,Mathéo , et Kanden  :

 

La tasse de café

Il arriva devant cette maison délabrée, cela faisait un an qu’il n’y avait pas mis les pieds  depuis la mort de sa grand-mère, l’été précédent . Avant d’entrer, il commença par observer l’extérieur de la maison : les volets étaient fermés, le chemin poussiéreux, dans le jardin, la végétation à l’abandon commençait à envahir les fondations de la maison .

Après cette courte visite de l’extérieur, il décida de rentrer à l’intérieur de l’habitation . La porte était coincée et elle grinça à l’ouverture . En entrant, il fut replongé dans son enfance par des photos accrochées aux murs du salon , il ouvrit les volets avec peine car ils grinçaient pour y voir plus clair à l’intérieur . En s’approchant mieux pour voir les photos, il se rendit compte que la télévision était allumée . Il sursauta en croyant voir quelqu’un devant le poste . Mais ce n’était que l’ombre de l’arbre qui se trouvait devant la fenêtre . Rassuré, il décida de monter à l’étage .En montant il entendit un bruit qui venait de la chambre de sa grand-mère . En ouvrant la porte, il vit un rat . Effrayé,  il sursauta et fit tomber une photo de sa grand-mère . Fatigué par toutes ces émotions, il décida d’aller se reposer et s’endormit rapidement . L’odeur du café le réveilla .

Il se rendit dans la cuisine,  et vit sa grand-mère en train de préparer le petit-déjeuner . Il essaya de lui parler, mais elle ne semblait pas l’entendre . Elle lui tendit une tasse de café chaud .

Il se réveilla en réalisant que ce n’était qu’un rêve . …Puis il la vit, sur sa table de chevet, la tasse de café chaud préparée par sa grand-mère .

 

Des histoires de Noël….pas très conventionnelles….âmes sensibles s’abstenir…

Tout est parti d’une représentation du Chat de Geluck….vous connaissez ? Eh bien dans un dessin que je vous invite à aller voir en lançant la recherche suivante : blog domi geluck Noël….il est question d’un chat cravaté qui , assis confortablement au coin du feu après avoir allumé ses…

Pour continuer à lire

Les parents viennent découvrir les ateliers de la SEGPA

CAFE ORIENTATION
Ce jeudi 29 septembre, la classe de 3ème SEGPA   a eu la grande joie de recevoir les parents.
Ils ont pu ainsi découvrir les ateliers HAS et PI et déguster les mignardises réalisées par les élèves.
Ce moment de détente a été aussi l’occasion d’échanger avec les enseignants, le CPE, le COPsy sur les possibilités d’orientation après la 3ème.